Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Vidéo de la Semaine

Portrait du nouveau premier ministre Dimrangar DADNADJI

Dans Lamyfortain.net

Portrait

Mahamat saleh haroun

  Mahamat SALEH HAROUN 

Cineaste et metteur en scène    

Voir sa biographie

Envoyez-nous vos articles

Caricature de la semaine

moussa-faki1-copie-1.jpg
Le Tchad est prêt militairement pour sauver le peuple malien!!!

Selection musicale de la semaine

 

Figures historiques

Francois tombalbaye tchad

mal-copie-1

Kamougue

gouk.jpg

hh

ndora

Les politiques au Tchad

assemble-nat.jpg

cha Moussa Faki Mahamat kebzabo
nad yor.-copie-1 nagoum
23 décembre 2012 7 23 /12 /décembre /2012 19:06

La coordination des partis politiques pour la défense de la constitution (CPDC, opposition) ont condamné dans un communiqué vendredi l'intervention militaire tchadienne en Centrafrique, où une coalition rebelle a repris les armes depuis le 10 décembre.

 

"Les partis membres de la CPDC (...) condamnent fermement ces aventures guerrières", annonce le communiqué qui reproche au pouvoir du président Idriss Déby Itno de se placer en "gendarme de l'Afrique".

"On se demande en vertu de quelle résolution de l'Union Africaine (UA) ou de l'ONU a-t-on décidé cette intervention ? qui en a fait la demande ? Peut-on faire de l'interposition entre des factions armées sans l'acceptation des belligérants ? (...) La solidarité internationale et avec les pays voisins s'organise dans le cadre des institutions nationales et internationales légalement établies" poursuit le texte.

 

 

Regroupant une dizaine de partis politiques, la CPDC est la principale coalition d'opposition au Tchad.

En proie à des attaques de la coalition rebelle Séléka dans plusieurs villes depuis le 10 décembre, la Centrafrique a reçu mardi l'aide du Tchad, qui a placé ses soldats "en force d'interposition".

Alors que le Conseil de Sécurité de l'ONU a appelé les insurgés à cesser les hostilités, de premières négociations ont été annoncées pour vendredi.

 

Ces pourparlers exigés par les insurgés qui réclament notamment l'application d'anciens accords de paix et le gouvernement du président François Bozizé doivent avoir lieu au Tchad voisin, qui a dit jouer un rôle de médiateur dans la crise.

Partager cet article

Repost0

commentaires